Témoignage intervenante à l’université de Nantes